Posts in Opinions
Le droit de rien crisser

«Suffit de taper les mots «self-care» et «productivity» dans un moteur de recherche pour voir où le bât blesse. Plein d’articles nous disent que le self-care, dans le fond, c’est le moteur, la clef, de la productivité. Basically; prends soin de toi pour mieux jouer ton rôle dans notre société de production, pour faire mieux rouler l’économie, pis plus vite. Pas pour devenir un meilleur humain, pas pour découvrir tes intérêts cachés, pas pour prendre le temps de penser, pas pour enjoy ton existence, pas pour juste te fucking reposer, nenon; pour que tu puisses produire plus. Fuck ça.»

Read More
Voyager toute seule, c’est pas juste pour les tough

«Y’a un saying que j’adore : Fear is ten feet tall and paper thin. Ça résume pas mal ce que je pense de partir seule. Avant le départ, on capote, on dort pas, la tête remplie de what if. Pis une fois sur place, usually, on se rend compte qu’on capotait pour rien, pis qu’on est capable d’handle les défis que la vie nous envoie. Pis qu’on est même capable de les apprécier, des fois.»

Read More
Les miettes

«Needy. J’hais ce mot, pis je pense qu’il a été inventé juste pour qu’on se ferme la boîte. What is being needy, pour vrai? Avoir besoin de basic human decency? Avoir besoin d’amour? Avoir besoin d’être en confiance? Avoir besoin de constance? Moi j’appelle ça… être un fucking humain.»

Read More
As is

«Je deviens verte de jalousie devant ceux qui aiment ça ~ pour de vrai ~ faire du jogging. Ceux qui tombent en amour avec les bonnes personnes. Ceux qui ont des parfaites beachwaves parce que leurs cheveux «sÈchEnt cOmMe ÇaAaaaa». Ceux qui obtiennent des jobs qui me feraient mourir de stress. Ceux qui ont des chiens. Ceux qui ont des BÉBÉS chiens. Ceux qui ont un partner de dimanche soir avec qui regarder des films qui font peur. Ceux qui ont pas peur des films qui font peur.»

Read More
Recommencer à zéro

«Quand j’attends sagement qu’un ami me traduise un échange, un menu ou des indications, ou qu’on m’explique comment exécuter une tâche aussi simple que d’acheter des bananes à l’épicerie, j’ai juste envie de crier : «PROMIS, GUYS. AU QUÉBEC, J’SUIS INTELLIGENTE. JE SAIS COMMENT ACHETER DES BANANES.»

Read More
Coche oui, coche non

«Ça fait deux semaines que je suis arrivée en Italie, et j’ai eu des brunchs, des lunchs, des soupers, des apéros avec des filles que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam, mais avec qui je me suis découvert de nombreux points en commun, notamment… l’envie de se faire des amies. Bin oui toé chose, semblerait que le désir d’appartenir à un groupe, de se faire aimer, c’est universel.»

Read More
L’arrivée au commencement

«J’avais pas encore exploré mon quartier (give me a chance, j’suis arrivée il y a 36 heures), mais en descendant les marches de mon appartement du millième étage, j’ai pensé: yo, l’univers (ou le karma ou jeezus ou whatever), si j’suis à la bonne place, please let me know.»

Read More