7 (very cool) things to do in Rome this summer

«So, you’re visiting Rome during the summer, huh? Brace yourself; it’s hot as hell. Make sure to bring a hat, lots of sunscreen, a reusable water bottle (there is drinking fountains everywhere in the city) and, my personal essential, a micellar water mist. Wear comfortable shoes and breathable clothes, and be as naked as you can. #freethenipple»

Read More
Voyager toute seule, c’est pas juste pour les tough

«Y’a un saying que j’adore : Fear is ten feet tall and paper thin. Ça résume pas mal ce que je pense de partir seule. Avant le départ, on capote, on dort pas, la tête remplie de what if. Pis une fois sur place, usually, on se rend compte qu’on capotait pour rien, pis qu’on est capable d’handle les défis que la vie nous envoie. Pis qu’on est même capable de les apprécier, des fois.»

Read More
Les miettes

«Needy. J’hais ce mot, pis je pense qu’il a été inventé juste pour qu’on se ferme la boîte. What is being needy, pour vrai? Avoir besoin de basic human decency? Avoir besoin d’amour? Avoir besoin d’être en confiance? Avoir besoin de constance? Moi j’appelle ça… être un fucking humain.»

Read More
Visiter Rome (quand t’as pas une cenne)

«Pis ce qui rend la vie magique, ici, c’est de se perdre, de se promener, de découvrir les dédales de nouveaux quartiers pis de choisir un resto juste parce que vous le trouvez charmant, ou parce qu’après des kilomètres de marche sur les pavés tout-croches, vous avez envie d’une bonne bière ou d’un apérol spritz. C’est ça, la dolce vita.»

Read More
As is

«Je deviens verte de jalousie devant ceux qui aiment ça ~ pour de vrai ~ faire du jogging. Ceux qui tombent en amour avec les bonnes personnes. Ceux qui ont des parfaites beachwaves parce que leurs cheveux «sÈchEnt cOmMe ÇaAaaaa». Ceux qui obtiennent des jobs qui me feraient mourir de stress. Ceux qui ont des chiens. Ceux qui ont des BÉBÉS chiens. Ceux qui ont un partner de dimanche soir avec qui regarder des films qui font peur. Ceux qui ont pas peur des films qui font peur.»

Read More
Recommencer à zéro

«Quand j’attends sagement qu’un ami me traduise un échange, un menu ou des indications, ou qu’on m’explique comment exécuter une tâche aussi simple que d’acheter des bananes à l’épicerie, j’ai juste envie de crier : «PROMIS, GUYS. AU QUÉBEC, J’SUIS INTELLIGENTE. JE SAIS COMMENT ACHETER DES BANANES.»

Read More
Les petites victoires

«Qu’est-ce qui a changé? Je sais pas exactement. Mais, si j’ai un wild guess à prendre, je dirais que ce que j’ai maintenant que je n’avais pas avant, c’est simplement… du temps. Pour manger des pâtes, boire des aperols spritz, me lever tard pis vous achaler avec ça sur Instagram, sure. Mais, surtout, du temps pour contempler, apprécier, ressentir. Feeler les affaires au complet, quand ça va bien, mais aussi quand ça va mal.»

Read More
Elisabeth Massicolli
Pigneto, mon amour

«Its bright graffiti covered walls have a particular charm. They can be intimidating, at first, and you catch yourself wondering if you ended up in a bad part of town. But, in Pigneto, the contemporary street art pieces decorate classic century-old building’s facades in a unique way. And walking around this modern always changing open-air museum is an endless adventure.»

Read More
Coche oui, coche non

«Ça fait deux semaines que je suis arrivée en Italie, et j’ai eu des brunchs, des lunchs, des soupers, des apéros avec des filles que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam, mais avec qui je me suis découvert de nombreux points en commun, notamment… l’envie de se faire des amies. Bin oui toé chose, semblerait que le désir d’appartenir à un groupe, de se faire aimer, c’est universel.»

Read More